Ouvert depuis quelques mois et situé dans le quartier Ste-Jeanne d’Arc, dans l’Arrondissement du Mont-Bellevue, le SAC est un projet de Commun’Action qui vise à faire profiter de différentes initiatives pour améliorer les enjeux alimentaires : épicerie solidaire, formation culinaire, jardinage collectif, marché fermier, etc.

Pourquoi ce nom?

D’abord, SAC est l’acronyme de Solidarité, Alimentaire, Commun’Action. Il s’agit également  d’une belle symbolique pour représenter un sac à provisions, un endroit où on va chercher des trucs pour remplir son sac ou encore pour le vider lorsqu’on a besoin d’échanger  et de socialiser.

« Commun’Action cherchait à créer quelque chose dans le quartier Ste-Jeanne d’Arc parce qu’il y avait beaucoup de problèmes reliés à la pauvreté, à l’isolement, à la sécurité alimentaire, etc. S’inspirer du groupe d’achats qui opéraient dans l’Est de Sherbrooke était un bon point de départ, mais ce n’était pas suffisant pour nous, car si le groupe d’achats cessait pour une raison quelconque, on ne voulait surtout pas que les gens retombent dans la même situation. En créant le SAC, on voulait être en mesure d’offrir une variété de services reliés à l’alimentation, à l’approvisionnement alimentaire, d’une part, mais aussi être un lieu pour socialiser, qui offre un service de quartier ouvert à tous, où on tisse des liens avec la communauté », explique Marie-Pier Baril, agente de développement en sécurité alimentaire pour l’Initiative sherbrookoise en développement des communautés (ISDC).

Parmi les services offerts par le SAC, il y a l’épicerie solidaire qui regroupe, entre autres, un groupe d’achats et qui permet de compléter les emplettes à coût raisonnable. Grâce au groupe d’achats géré par un comité de bénévoles qui achète les denrées en grandes quantités, l’épicerie est en mesure d’offrir les aliments au meilleurs prix du marché.  Ouverte les 5e et 20e jours ouvrables de chaque mois, l’épicerie solidaire vise à favoriser l’accès à une alimentation pour tous, préférablement locale et de qualité, et pas seulement aux gens qui vivent en situation de pauvreté.

« En sécurité alimentaire, bien sûr on cherche à répondre aux besoins de pauvreté, mais c’est surtout de mettre sur la table les conditions favorables pour une meilleure alimentation. Tout le monde mange, et toutes les strates de la société sont concernées par la sécurité alimentaire. Contrairement à ce que bien des gens peuvent penser, ce n’est pas parce que ton portefeuille est garni que ton frigidaire l’est aussi! Avoir une alimentation saine, ou planifier des menus équilibrés pour la semaine pour une famille, par exemple, ce n’est pas toujours une question d’argent. Le SAC, c’est ouvert à tous, c’est un endroit pour s’approvisionner, mais c’est aussi un lieu de rencontre neutre, où on peut acquérir des habiletés et des connaissances sur les bonnes pratiques alimentaires, obtenir du soutien, discuter simplement, … Le SAC, c’est un endroit pour nourrir notre estomac, notre tête et notre cœur », souligne Mme Baril.

Pour obtenir plus d’informations sur le SAC et les différents projets de Commun’Action, visitez le https://www.commun-action.ca

Rédaction : Sara Calvert, responsable des communications
Date de publication : juin 2018