Plus les jeunes vieillissent, plus l’habitude de se réunir en famille lors des repas se perd. À Sherbrooke, 90 % des enfants d’âge primaire soupent fréquemment en famille contre seulement 40 % des jeunes de 17 ans.

Si les repas familiaux se font plus rares, c’est parce que le rythme de vie effréné des familles contribue grandement à ce que l’on nomme : la déstructuration des repas. Les raisons les plus fréquentes pour ne pas avoir de repas en famille sont :

  • Les activités parascolaires et sociales des enfants
  • La course folle qu’impose le travail
  • Les distances à parcourir entre le travail, l’école et le domicile
  • Le désir des adolescents d’acquérir de l’autonomie
  • L’insatisfaction à l’égard des relations familiales et des mets servis

 

Les bienfaits des repas en famille

 

Cela dit, les études le démontrent. De nombreux bienfaits pour les jeunes sont attribués aux repas en famille.

 

Améliorer le bien-être
Les repas en famille sont associés à de saines habitudes alimentaires et au bien-être psychologique des enfants. En vieillissant, on remarque moins de problèmes de poids, de drogue ou d’alcool chez les enfants qui soupent en famille. Se réunir lors des repas favorise aussi un rapport sain avec la nourriture (moins de troubles de comportements alimentaires). Finalement, des conversations claires et directes pendant les repas provoquent moins de stress et d’anxiété chez les jeunes.

 

Aider à l’apprentissage
Il a été démontré que des repas familiaux fréquents améliorent les résultats scolaires des enfants. Les discussions lors des repas permettent aux jeunes de développer leur vocabulaire et leurs habiletés à communiquer.

Renforcer les liens familiaux
Les repas en famille sont des moments réconfortants pour les enfants. Ils augmentent le sentiment d’appartenance à la famille. Ils permettent aussi de transmettre les traditions familiales et culturelles. Les repas en familles sont un indice d’harmonie et d’équilibre familial.

 

Trucs et astuces

 

Lorsque le temps manque, 20 minutes peuvent suffire pour réunir la famille autour de la table. Même si les repas sont brefs, il faut s’assurer de passer du temps de qualité en famille. Pour favoriser des repas familiaux agréables, voici quelques trucs et astuces à partager avec les familles :

 

Éliminer les distractions
Pour un repas en famille réussi, il est conseillé d’éteindre les téléviseurs, ordinateurs, tablettes et téléphones cellulaires. Il est aussi préférable de limiter le bruit. Mettre la musique moins forte est un exemple.

 

Alimenter la conversation
Les repas en famille sont propices aux conversations. Suggérez aux parents de parler de sujets agréables, de demander à leur enfant de raconter sa journée et de parler de la leur. C’est souvent le bon moment pour être à l’écoute de son enfant et de lui donner des conseils ainsi que du réconfort.

 

Sortir de l’ordinaire
Pour une occasion spéciale ou simplement pour faire changement, faire les choses différemment peut contribuer à créer des moments spéciaux. Pourquoi pas une belle table? Une nappe spéciale, des fleurs ou des bougies?

 

Choisir une thématique
Même les soirs de semaine, il est possible de faire des soirées thématiques sans se casser la tête. Pourquoi ne pas suggérer des recettes faciles de cuisine mexicaine, méditerranéenne, chinoise, thaïlandaise, etc.?

 

Activités pour inspirer les soupers en famille

 

Depuis quelques années au mois de février, les partenaires de l’Alliance se mobilisent pour faire la promotion des soupers en famille par le biais de diverses actions, ateliers et concours. Diverses activités peuvent être faites auprès des jeunes d’âge préscolaire tout au long de l’année. En voici quelques exemples :

 

  • Inviter les jeunes à illustrer à quoi ressemble un souper en famille chez eux par un dessin ou un bricolage;
  • Organiser un « potluck » (dîner collectif) pour lequel le jeune apporte un met qu’il a cuisiné avec sa famille;
  • Bricoler des marques-places pour tous les membres de la famille;
  • Dessiner ou faire un collage qui illustre un repas qu’il aimerait manger (Possibilité d’utiliser les circulaires des épiceries pour le projet);
  • Créer une banque de recettes pour leur famille;
  • Planifier diverses activités culinaires;
    Créer un montage collectif de photos de leur famille à table;
  • Et plus encore!

 

Vous avez mis en place l’une de ces activités ou tout autre projet en lien avec les soupers en famille? N’hésitez pas à nous partager vos initiatives!

 

Rédaction : Janie Blais-Bélanger, coordonnatrice-adjointe et nutritionniste
Date de publication : septembre 2014

Références :

  •  Extenso (2011). Rapport sommaire Tout le monde à table, [En ligne], [http://www.quebecenforme.org/media/33868/rapporttoutlemondeatable.pdf] (Consulté le 26 mai 2014).
  • Gouvernement du Canada (2010). Amélioration des compétences culinaires : synthèse des données probantes,[En ligne], [http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/alt_formats/pdf/nutrition/child-enfant/cfps-acc-synthes-fra.pdf] (Consulté le 26 mai 2014).
  • Latreille, M., et Ouelette, F.-R. (2008). Le repas familial. Recension d’écrits. Centre Urbanisation Culture Société de l’Institut national de la recherche scientifique, Montréal, 65 p.
  • Morin, P. et al. (2009). Portrait des jeunes Sherbrookois de 4 à 17 ans en matière d’alimentation et d’activité physique et sportive, Québec, Alliance sherbrookoise pour des jeunes en santé, 124 p.